Accueil > Archives.........BILLET D’ACTUALITE > Billet d’actualités du 18 janvier 2014. Ils ont osé !

Billet d’actualités du 18 janvier 2014.
Ils ont osé !

samedi 18 janvier 2014

Au cours de sa conférence de presse, mardi dernier, François HOLLANDE a confirmé ses choix politiques qui tournent le dos, vingt mois après son élection, aux aspirations de ceux qui l’ont élu.

Après l’A.N.I., la réforme régressive des retraites, le crédit d’impôt compétitivité (20 milliards de cadeaux accordés aux entreprises), avec « le pacte de responsabilité » il se découvre un peu plus comme le « Président des patrons ». Il suffit d’ailleurs de voir à quel point le MEDEF se réjouit.

Nicolas Sarkozy avait entrepris de s’attaquer aux acquis issus du Conseil National de la Résistance (C.N.R.). Le gouvernement HOLLANDE poursuit cette œuvre de destruction en s’attaquant à la protection sociale. Plutôt que de répondre à l’urgence sociale en répondant aux revendications des salariés, il a préféré satisfaire une vieille revendication du MEDEF en décidant que d’ici 2017, pour les entreprises et les travailleurs indépendants, ce soit la fin des cotisations familiales. Soit un cadeau de 30 milliards aux entreprises, sans garantie de création d’emplois.

Et l’annonce d’une baisse des dépenses publiques pour 65 milliards d’euros, véritable purge sans précédent, aura des conséquences lourdes sur les services publics, les fonctionnaires et le service rendu aux usagers.

Le 6 février la mobilisation, dans les actions et par la grève, sera déterminante. La riposte doit être à la hauteur des enjeux et faire échec à ce programme d’austérité.

Organisons la Résistance, c’est à cette seule condition que demain nous connaîtrons « Des Jours heureux »* !

*Les représentants des organisations de la Résistance, des centrales syndicales et des partis ou tendances politiques groupés au sein du CNR, délibérant en assemblée plénière le 15 mars 1944, ont décidé de s’unir sur un programme (appelé « les jours heureux ») comportant des mesures destinées à instaurer, dès la libération du territoire, un ordre social plus juste. Ce programme a permis, notamment, la création de la sécurité sociale attaquée aujourd’hui (Ambroise Croizat, ministre communiste du gouvernement d’après-guerre, a été le fondateur de la Sécurité Sociale et du système de retraites).