Accueil > La Fonction publique > Suppression de la redevance audiovisuelle : quel avenir pour le service (...)

Suppression de la redevance audiovisuelle : quel avenir pour le service public d’information ?

mardi 26 juillet 2022

Emmanuel Macron tiendra t’il la promesse qu’il a faite le 7 mars de supprimer les 138 euros de redevance audiovisuelle ? Quelles seraient les conséquences pour les médias publics ?

La plupart des foyers français s’acquittent chaque année de la contribution à l’audiovisuel public (CAP) de 138 euros. Anciennement appelée redevance, cette taxe créée en 1949 rapporte 3,2 milliards d’euros par an à l’Etat.

Elle finance pour une large part la radio et la télévision publique :

- Radio France,
- France Télévision,
- France Médias Monde (RFI, France 24),
- TV5 Monde
- Institut National de l’Audiovisuel (INA).

Malgré les coupes budgétaires de ces dernières années, France Télévisions à elle seule représente 60 % des investissements dans les documentaires et fait ainsi vivre de nombreuses boîtes de production et créateurs. Elle intervient aussi dans le financement du cinéma. Radio France dispose encore d’un large réseau local.

Différents conseillers d’Emmanuel Macron ont assuré qu’il est « très attaché au service public » et qu’il n’est pas question de suppressions de chaînes ou de coupes budgétaires.

Pour en savoir plus, cliquer ICI

- Signer la pétition « L’AUDIOVISUEL PUBLIC MÉRITE UN DÉBAT SÉRIEUX ! »